DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

Au coeur d'un Conseil de Guerre (8) : Pièce à conviction

Voici la fameuse lettre écrite pat mon Arrière Grand Père à son Capitaine. Emouvante, constitue-t-elle pour autant un aveu de culpabilité ? Ne révèle -t- elle pas plutôt  la confusion   d'un homme désemparé ?

 

100_7594.JPG

 



                                    Toulon le 18 Juillet 1877,

                                    Mon Capitaine,

    Lorsque la présente, vous parviendra,
j'aurai cessé d'exister : je ne sais xx
par quelle  xxxx genre de mort je vais
quitter cette vie; mais que personne
ne soit accuser.

    Je regrette de vous attirer les
désagréments car dira-t-on peut-être
que vous auriez dû être moins bon pour
moi; mais je sais parfaitement que vous 
avez fait votre possible pour me faire
prévenir * et que l'on ne peut rien vous
reprocher.

    A mes derniers moments, je vous demande
encore un petit service, c'est de bien vouloir
régler les sommes que je dois à la Compagnie
et en aviser mon père qui certes vous remboursera

 

100_7595.JPG

 


soyez en bien persuader.

    Je vous dis adieu et vous présente
mes très humbles respects.

                                        D.Hidier.

Commentaires :

* Je ne suis pas certain de la retranscription de ce mot mais c'est le mot le  plus proche du contexte. Si vous avez une autre idée.



25/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi