DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

Au cour d'un Conseil de Guerre (7) La malle !

Puis c'est au tour du Sergent fourrier  au 4ème Régiment d'Infanterie de Marine de Toulon, François Antoine Piétri  âgé de 24 ans de déposer à la barre....

Le seize juillet, le Sergent-major Hidier paya aux hommes qui étaient présents à la compagnie leur décompte, le lendemain matin on me dit que le sergent-major venait de partir pour aller au cours, je ne sais s'il a passé la nuit dans la tente (1), je ne l'ai pas vu. Dans la journée du 17, il a été porté manquant à l'appel du soir je ne sais à quelle heure il est rentré, il nous dit être venu vers onze heures. Il est resté toute la journée du 18 au camp. Lui ayant signifié vers neuf heures du soir, une punition de huit jours de prison infligée par le capitaine, il me dit qu'il allait se rendre à l'officier de garde à la police, mais au lieu de cela il partit.

Quels sont les ordres qui vous ont ét donnés par votre Capitaine relativement au payement de l'excédant de masse ?

Je ne me rappelle pas bien (2), je sais seulement que les sergent-major avait reçu une note du Capitaine qui lui prescrivait de payer le décompte et de faire émarger les hommes sur l'enregistrement et de lui envoyer le lendemain avec les livrets.

Hidier vous-a-t-il fait savoir pourquoi, il n'avait pas payé la totalité du décompte ?

Le 18, comme je demandais au sergent-major s'il allait terminé le paiement des hommes, il me dit d'un air très embarrassé (3); en regardant l'argent qu'il avait sur lui et dans sa malle, qu'il croyait qui lui en manquait et qu'il ne savait pas où il était passé, je lui fis observer qu'ayant découché il avait bien pu faire quelques dépenses (4) , il me dit alors: Je ne crois pas avoir dépensé tout cet argent puis il m'envoya immédiatement chez le Capitaine et se mit à payer quelques hommes, je ne sais si là, il a payé tout le monde, ce n'est que le lendemain que j'ai reçu la réclamation de plusieurs soldats qui n'avaient pas été payés. (5)

Avez-vous eu quelquefois occasion d'ouvrir la malle du Sergent-major Hidier ?

Oui, le 19, le Capitaine voulait voir l'enregistrement, ne le trouvant pas, le sapeur Lespinasse qui venait souvent dans la tente et la gardait lorsque nous étions absents me dit "regardons un peu dans la malle "; ce nous fîmes. Elle n'était fermée que d'un côté, avec un morceau de bois, je fis effort et parvins à soulever le couvercle d'une manière suffisante pour pouvoir retirer l'enregistrement. (6)

Pensez-vous qu'on puisse introduire la main dans la malle du sergent-major quoiqu'elle soir fermée ?

Non c'est impossible. (7)

Vous ne soupçonnez personne d'avoir tenté de voler votre sergent-major ?

Non.

Savez-vous si votre sergent-major a , du 16 au 18, payé quelques dettes ou fait, de fortes dépenses ?

Je na saurai vous le dire, cependant le Caporal Collomb, chargé de l'ordinaire me dit le quinze ou le seize que le sergent-major était redevable de quelques barils de vin au fournisseur de la Compagnie, le 18 je me suis assuré qu'il avait été payé et qu'il avait signé le cahier d'ordinaire.

Commentaires du rédacteur :

(1) Pourtant le sergent-major Groc  atteste bien dans son témoignage qu'il était bien couché à l'heure du réveil. Les 3 hommes sont censés partager la même tente !
(2) Décidément, ses camarades de chambrée ont bien peu de mémoire et ne sont pas très solidaires.
(3) Il peut l'être ; il vient de constater qu'il manquait de l'argent. N'importe qui le serait à sa place ! Cela fait-il forcément de lui un voleur ?
(4) Si ça ce n'est pas une accusation ; ça y ressemble fortement !
(5) C'est évident qu'il ne pouvait pas les payer !
(6) Le sergent- fourrier confirme que la malle n'est fermée que d'un seule côté.
(7) On nage en pleine contradiction. On peut donc ouvrir  le couvercle de la malle pour y prendre l'enregistrement (une feuille de papier) mais pas assez pour y glisser la main ??? Et en faisant levier avec le dit morceau de bois ?


malle.jpg

* ndlr : pendant des années , chez mes parents, il existait une malle en osier remisée au fond d'un cagibi ; s'agissait-il de la malle de l'Arrière Grand Père ? J'en doute mais j'aime à le croire.....


 



24/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi