DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

Carnet de guerre par Henri HIDIER 2ème partie



Le théâtre des opérations !


26 novembre :

Visite à 8H30. A 10H00, nous évacuons quelques blessés de la veille et les hommes reconnus bien malades à

27 novembre :

Rien de nouveau à signaler.

28 novembre :

Visite à 8H30. le soir, à 10H00, nous sommes relevés par le 153ème d'infanterie, mais nous ne quittons le poste de secours qu'à 1H00 du matin, la dernière Cie ne passant dans le village que vers cette heure. Cette fois, nous allons à Elverdinghe. 16 kilomètres à faire ! Nous arrivons, il fait jour. Nous sommes cantonnés dans une ferme à 700m de l'entrée Nord d'Elverdinghe. Les brancardiers logent dans la grange. Nous, nous coucherons dans un petit réduit servant au séchage des cônes de houblon.

29 novembre :

La visite se passe à 8h30. Beaucoup de malades, des cas de gale en quantité et quelques unes de typhoïde. Il fait un temps épouvantable ! Nous allons chercher des perches de houblon pour faire du feu, car nous n'avons pas trop chaud. Nous sommes assez bien couchés car la paille est fraîche. Distribution de vivres à 10h00 du soir.

30 novembre :

Après la visite, je sors avec Delporte. Nous achetons quelques provisions que nous payons très chers. Le soir, nous allons à la Poste où sont les vaguemestres pour chercher nos lettres. Je reçois un colis de germains contenant un cache-nez en laine et quelques provisions. Au retour la neige nous surprend et nous avons beaucoup de mal à retrouver notre chemin car la nuit est d'un noir d'encre.

1er décembre :

Visite à 8H30. Il fait toujours un temps épouvantable. Ce tantôt, je vais à la septième compagnie toucher une paire de chaussures.

2 Décembre :

Rien à signaler pour la journée. Le soir à 8 heures nous partons pour St Julien ; il pleut. Nous arrivons à 11H30. La relève du 153 s'effectue dans la seconde partie de la nuit. Nous trouvons notre poste occupé par le premier bataillon. Nous établissons le notre à l'école, c'est très vaste mais nous serons obligés de loger avec le médecin-chef. Quelle barbe !

3 au 11 décembre :

Visite à  6 heures du matin. Toute la journée, un médecin-chef est sur notre dos. Ce n'est vraiment pas le rêve de l'avoir avec nous. Je ne peux même pas laver le linge ! Nous nous promettons bien à la prochaine relève de lui fausser compagnie. Pendant cette période de première ligne, Delporte et tous les brancardiers s'égarent. Ils vont jusqu'à proximité des tranchées boches. Résultat : Le commandant ne les voyant pas à leurs postes envoie ordre sur ordre car deux blessés attendent qu'on vienne les relever. Je fais partir deux équipes de musiciens qui s'égarent à leur tour. Enfin au jour, nous recevons avis que les brancardiers et Delporte sont arrivés. Mais les musiciens sont rentrés disant que ce n'était pas leur travail que d'aller jusqu'aux tranchées : Enquête. Le plus ancien des brancardiers est puni de quinze jours de prison ainsi que le chef d'équipe des musiciens. Nous sommes relevés dans la nuit du onze au douze. Je pars à 6h30 pour faire le cantonnement. J'arrive à Woesten  à 10h30. Nous n'avons mis que quatre heures pour faire les 18 kilomètres. Jusqu'à deux heures du matin je cherche une ferme. J'entre dans la boue jusqu'aux genoux. Finalement, après beaucoup de travail, je découvre une petite maison qui pourra nous abriter toute la nuit. Le lendemain nous aviserons à trouver autre chose. Je reviens à Woesten. J'arrive juste à temps pour prendre le médecin-major et conduire tout le détachement à notre cantonnement. Dans la nuit, la douzième compagnie vient nous dire que nous ne sommes pas dans notre secteur. Nous restons quand même.

12 décembre :

Je pars à la découverte. A 800 mètres de là, je découvre une maisonnette où nous serons très bien cantonnés. Mais comment y amener la voiture ? La route est bonne pendant 500 mètres, ensuite ce n'est plus qu'un marécage pendant 100 mètres. Puis 100 mètres de bon chemin, et à partir de là les derniers 100 mètres sont remplis de trous d'obus. Nous partons quand même. 700 mètres sont parcourus sans incident. La voiture a déjà sorti de plusieurs trous, mais elle reste dans un qui est plus profond. Quelle déveine ! Il nous faut la décharger entièrement. Heureusement, que nous ne sommes plus qu'à une cinquantaine de mètres ; enfin, après une heure d'efforts, nous y sommes. Cette fois-ci, personne ne viendra nous déloger. La maison est occupée par une femme qui a trois gosses et sa sœur jeune fille de 20 ans. Nous partageons nos repas avec elles et profitons du poêle.

13 décembre :

Après la visite à 8h30, je porte mon linge à laver. L'après-midi, on nous signale qu'une fillette est cruellement brûlée à quelques centaines de mètres de notre cantonnement. Boulay et moi y allons et y retournerons pendant tout le séjour afin de faire le pansement. (Je touche à la cinquième compagnie un pantalon civil et une cotte bleue). Nous achetons une poule et du lait.

14, 15, 16 décembre :

Rien de particulier à signaler, si ce n'est le sifflement de quelques obus au-dessus de la maison. Le 16, à 2 heures de l'après-midi, je pars avec Flizé pour retenir notre poste de secours. Je trouve les lieux occupés par le 39ème d'artillerie. Ces Messieurs ne veulent pas quitter la place, mais à l'arrivée du Major, ils sont bien obligés de céder. Il n'y a plus de poêle dans la salle à manger.

17, 18, 19, 20 décembre :

Rien de particulier à signaler ; j'oubliais, Chatel et Linard vont à la chasse et rapporte un porc de 80 kg.

21, 22, 23, 24 décembre :

Nous retournons dans la ferme de Wieljte. Nous sommes avec le médecin-chef. Le jour du réveillon il nous offre le champagne mais pendant tout ce séjour c'est moi qui ai fait le cuisinier. Je fais une crème au chocolat avec de la farine.

25 décembre :

Départ pour St Julien. Nous reprenons notre poste.

26, 27, 28, 29 décembre :

Rien de particulier à signaler, si ce n'est l'arrivée d'un obus qui me blesse légèrement à la main gauche. Delporte fait mon pansement. Visite à 5h30. Départ pour Woesten à 7 heures du soir le 28. Linard, Fiard et Heloin nous avaient devancés afin de préparer le campement. J'oubliais, le 27 nous avons offert un dîner à Monsieur Heuilly, nous avions fait venir quelques provisions de Ypres. ( Vins, liqueurs, gâteaux.). Le matin du 26, Linard et moi étions partis à la recherche du plat de résistance qui  consisterait en un jambon de porc frais. Nous arrivons dans une ferme et nous en faisons le tour plusieurs fois sans découvrir l'objet de nos désirs. Nous étions prêts à quitter les lieux, lorsque nous aperçûmes juste  sous la fenêtre du commandant d'artillerie logé dans cette ferme, un cochon pouvant peser 80 kg. Après une bonne demi-heure d'efforts, nous réussissons à l'amener derrière une haie où nous serons tout à l'aise pour le saigner. Linard s'élance pour lui asséner un coup de hache sur le crâne mais il ne le touche que sur le dos. Résultat la bête s'enfuit en grognant. Désolés de notre manque de chance, nous recommençons nos efforts précédents et cette fois-ci nous l'abattons.  Mais comment allons nous le transporter ? Nous sommes embarrassés, mais une idée nous vient. Pourquoi ne pas se servir de la charrette porte-brancard ? Je retourne au poste et ramène avec moi Héloin et la charrette. Nous chargeons notre chasse et regagnons le poste de secours. Après avoir fait passer la brancarde et son contenu par-dessus une rivière où je prends un bain de pieds soigné, Barbier se charge du nettoyage du cochon. Le plat de résistance était trouvé.

Le 27 à 6h30 nous nous mettons à table. Notre menu était ainsi composé :

Potage au lait

Saucisson-paté de foie gras-sardines

Foie de porc sauté

Boulettes Bourguignonnes

Jambon rôti

Pommes sautées

Salade

Fromages

Crème au chocolat

Gâteaux-fruits secs

Vins rouges-Vins blancs

Vins blancs du Rhin

Porto

Champagne

Café- Liqueurs

Messieurs Aubland et Merklin étaient aussi des nôtres. Le dîner s'est terminé à 11 heures dans les rires et les chansons. En un mot, nous nous sommes bien amusés, malgré les obus qui sifflaient au-dessus de la maison.

29, 30, 31 décembre :

Séjour à Woesten. Le 31, Monsieur Heuilly nous offre le champagne. Nous touchons quelques vivres supplémentaires à l'occasion du jour de l'an : jambon, fromage, pommes, noix, oranges et une bouteille de champagne pour quatre. Nous nous couchons très tard.

1er janvier 1915 :

Retour à St Julien. Monsieur Heuilly nous fait savoir qu'il quitte le régiment pour aller dans une ambulance.

2 janvier :

Visite à 6h30. Arrivée de Monsieur Aimé médecin-major et de Monsieur Barry médecin auxiliaire ;  ils sont tous deux charmants et pas service du tout. Raison : ils ne connaissent rien du service de l'avant.

3 janvier :

Rien de particulier à signaler ; la visite se passera maintenant le soir à 6 heures au lieu du matin. Nous allons pouvoir faire la grâce matinée. Les boches arrosent le village d'obus. Nous sommes obligés de nous réfugier à la cave. Les carreaux de papiers que j'avais mis n'existent plus. Ils ont tous été déchirés par le déplacement d'air. Je me remets au travail et les remplace par de la toile.

4 janvier :

Je pars à 6h30 avec le campement. Nous allons à Boesinghe. Je suis obligé de menacer pour que les habitants d'une ferme me fassent visiter les greniers. La visite se passera dans le café et nous coucherons dans un grenier servant au séchage du houblon et infesté de rats. Monsieur Aimé couchera à l'Ambulance à Elverdinghe.

5 janvier :

Visite à 8h30. rien à signaler.

6 janvier :

Après la visite, je vais à Woesten rendre visite à Monsieur Heuilly. Je suis deux heures parti. Rien de particulier à signaler pendant mon absence.

7 et 8 janvier :

Nous évacuons Blampied. Ce brancardier est suspect de typhoïde. Rien d'autre à signaler. Départ le 8 pour St Julien. Je pars à 6h30 avec Linard et Héloin plus Jaffraug comme brancardiers. Nous reprenons notre poste de secours et préparons le café.

9, 10, 11 et 12 janvier :

Séjour à St Julien. Rien de particulier à signaler. Boulay est évacué pour fièvre typhoïde.

13 janvier :

Nous avons été relevés dans la nuit et cantonnons dans un cabaret situé à l'intersection des routes de St Jean à Pilkem et de Mortheige. Cabaret à Boesinghe. Nous nous installons une salle de douche. Nous sommes bien cantonnés.

14, 15 et 16 janvier :

Séjour dans cette ferme. La visite est passée à 8h30. Le 16 au soir, Delporte et Rolin partent pour retenir le poste de secours. Mais ils sont surpris en constatant que la place est prise par le poste de Police. A notre arrivée, aucun local n'était encore trouvé. Je couche sur un brancard. Je suis gelé.

17 janvier :

Nous nous installons à la sortie nord du village, dans l'école des sœurs, ancien poste de notre colonel. Nous partageons les locaux avec le 93ème de cavalerie. Nous avons une grande cuisine, une salle pour mettre les exemptés de service et les blessés. Nous avons de plus une cave superbe. Nous passons la visite à 6h30. A 10 heures,  on nous amène quelques blessés.  Nous couchons à la cave.

18 janvier :

Rien à signaler.

19 janvier :

Linard et Fiard ont voulu coucher dans la cuisine. Ils en sont chassés par l'arrivée de deux obus de 120 qui éclatent dans la pièce voisine. Le plafond est percé juste au-dessus de leurs têtes. A 10 heures, nous partons à la recherche de pommes de terre. Nous partons dans la direction de Pilkem. Nous en trouvons des quantités dans une cave et en rapportons plus de 50 kilos, je rapporte aussi un baquet pour laver notre linge.

20 janvier :

Plusieurs obus viennent éclater dans le quartier de l'église. J'étais en train de chercher du bois, je suis rentré précipitamment je n'ai pas été touché mais ils sont tombés trop près. Les cuisiniers de la 8ème compagnie l'ont échappé belle. L'obus est arrivé en plein dans le foyer. La marmite qui était sur le feu a été retrouvée au grenier. Le rata est sur tous les murs. L'obus serait arrivé une minute plus tôt, tous les cuisiniers auraient été tués. Ils étaient tous autour de la cheminée et venaient de quitter lorsque l'obus est arrivé. Nous relevés dans la nuit. Pendant ce séjour, nous avons commencé les fortifications de la cave.

21 janvier :

Nous sommes à Elverdinghe. Nous cantonnons dans un café. Visite à 9 heures.

22 janvier :

Visite à 9 heures du matin. A 2 heures nous passons une visite du point de vue de la vaccination anti-typhoïdique.

23 et 24 janvier :

Séjour à Elverdinghe. Rien de particulier à signaler. Nous partons dans la nuit du 24 pour St Julien. Nous reprenons notre poste à l'école des sœurs.

25 au 28 janvier :

Rien de particulier à signaler. Nous sommes relevés dans la nuit du 28 au 29.

29 janvier :

Nous cantonnons à Woesten dans un café. Nous ne sommes pas trop mal mais nous préférons de beaucoup être en première ligne car nous avons notre liberté d'action.

30, 31 et 1er février :

Séjour à Woesten,. Rien à signaler.

Du 2 au 7 février :

Nous avons changé de secteur, nous sommes un peu plus à droite, entre St Julien et Zonnebeke. Tous les matins, il faut aller au poste avancé passer la visite. Sur tout le parcours les balles sifflent sans interruption. C'est miracles que nous ne soyons pas touchés. Chatel est évacué pour fièvre thyphoïde.

8 février :

Nous sommes relevés et cantonnons dans les fermes de Wieltje  Visite à 8h30. les habitants de cette ferme mangent comme des porcs ! Une énorme bassine au milieu de la table et chaque convive plonge sa cuillère en bois dans le bassin et rejette dedans ce qu'il ne mange pas ! C'est répugnant ! Cette ferme est apellée celle du pigeon voyageur.

9, 10 et  11 février :

Séjour dans cette ferme. Rien à signaler.

12 février :

Retour à St Julien où notre secteur est le poste de l'école des soeurs, nous continuons notre fortification de la cave.

14, 15 février :

Visite à 6h30 nous n'avons que très peu de malades car il y a un nouveau chef de bataillon, il ne veut pas de malades pendant le séjour aux tranchées. Tout homme non reconnu sera puni de huit jours de prison. Nous avons quelques blessés sérieux, entre autres un nommé Gabrielli qui a reçu une balle dans l'abdomen. Il était parait-il monté sur la tranchée coiffé d'un casque à pointe, se moquant des boches. Nous sommes relevés dans la nuit du 14 au 15 février par le 79ème d'infanterie, les fortifications de la cave sont terminées, nous ne reviendrons plus à St Julien, c'est très probable.

16 février :

Nous avons marché toute la nuit, en route j'ai été pris d'une indigestion. Nous arrivons au Lion Belge un hameau situé à trois kilomètres de Woesten à 9 heures du matin. Le major m'oblige à aller me coucher, le soir mon malaise a disparu. Nous achetons huit oeufs que nous payons 1,22 Frs, je n'ai rien compris au sujet du prix d'une unité.

17 février :

Nous partons pour Houtkerque où nous arrivons à une heure. Rollin a bien fait les choses nous sommes cantonnés dans un café, nous passons la visite dans la salle de débits, les brancardiers couchent dans la grange, quant à nous, nous logerons chez un vieux ménage, nous y ferons même notre cuisine.

18 février :

Nous vaccinons pour la deuxième piqûre les hommes contre la fièvre typhoïde, visite à 9 heures.

Du 19 au 25 février :

Visite à l'heure habituelle. Rien d'autre à signaler, nous sommes tous étonnés de ne plus entendre le bruit du canon.

26 février :

Je me rends à la 7ème compagnie, je touche une paire de chaussures et un pantalon de velours, il est question de faire une équipe de football.

27 février :

Le capitaine de la 7ème compagnie étant décoré, une partie du régiment se rend à Bambecque, moi je reste à Houtkerque avec Monsieur Barry nous avons évité une corvée, surtout qu'il a plu toute la matinée.

28 février :

Quartiers libres. Le soir à deux heures, la 5ème compagnie donne un concert, presque tous les spectateurs ont gagné quelque chose à la loterie. La fête a très bien réussi.

1er mars :

Visite à 9 heures, vaccination anti-typhoïdique à 2 heures (troisième piqûre). Je suis de service pour mon bataillon.

2 et 3 mars :

Rien à signaler si ce n'est qu'un match de football contre la 6ème compagnie, je faisais partie de la 7ème compagnie, nous avons gagné par 7 buts à 1. Le lieutenant Luché a été dans l'obligation de payer 6 bouteilles de champagne car il avait parié autant de bouteilles qu'il y aurait de buts de marqués, il croyait que sa compagnie gagnerait.

4 mars :

Nous quittons Houtkerque à 8 heures 30, nous arrivons à Vlamertinghe à 12 heures 30, nous sommes cantonnés dans un café. J'achète quelques provisions, fromage, macaronis, huile, vinaigre ect... Nous couchons dans un grenier.

5 mars

Nous passons la visite dans une salle attenante à la salle de débits, le soir à 5 heures nous recevons l'ordre de nous tenir prêts à partir. A 6 heures nous quittons Vlamertinghe, nous arrivons à notre poste de secours situé sur la route de Ypres à Zonnebeke. A 11 heures du soir, le major me demande de me mettre à la recherche du poste de commandement, je ne le trouve pas, pour cause, il se trouve dans un bois de sapins distant de près de 4 kilomètres de notre poste de secours. Je ramène deux blessés au bras.

6 mars

Delporte s'occupe de mettre en état une tranchée située à côté de notre poste. Une fois que tout est terminé, nous recevons l'ordre du Général de Brigade d'avoir à quitter les lieux car nous nous trouvons sur le versant de la route faisant face à l'ennemi. A 2 heures, nous partons et allons loger avec le médecin chef. Quelle averse ! Nous ne sommes vraiment pas veinards.

7 mars

Nous avons établi un poste de secours à Zonnebeck. Tous les soirs, je vais passer la visite dans ce village. A chaque fois que je travers le passage à niveau, les balles sifflent au-dessus de ma tête ; un brancardier a eu sa capote traversée par une balle. Je rentre de la visite à dix heures du soir et jusqu'à deux heures du matin je suis de service pour l'évacuation des blessés. Un obus éclate à 50 mètres de la maison. Le médecin chef est affolé ; un autre tombe sur la crête à deux cents mètres. A deux heures je me couche.

8 mars

Visite à huit heures du soir à Zonnebeck. Il pleut. J'apprends en arrivant que les boches ont bombardé le village. Un obus est tombé en avant, un autre à droite, puis encore un autre à gauche de la maison. Tout le monde part.... En revenant à dix heures, je ramène deux blessés de la tête. A hauteur du poste du troisième bataillon, un schrapnel éclate au-dessus de notre tête. Plus de peur que de mal. Cela à pour effet d'activer notre marche ; j'arrive à Petit Plaisir à onze heures. Aussitôt, je me rends chez les musiciens afin de commander deux équipes mais ce n'est qu'après une heure de recherche que j'arrive à les rassembler. Toute la nuit je serai sur pieds.


9 mars

Visite toujours à la même heure ; je suis chargé, par le médecin chef, de l'établissement d'un plan du cimetière de Freyzemberg. Je m'en acquitte et suis toute la journée à peu près tranquille. Un obus de 77 tombe au ras du mur de l'écurie, faisant un trou énorme. Trois mètres de plus, il était dans le poste.


10 mars

Nous sommes relevés par le 100ème d'infanterie ; nous possédons au régiment un sergent infirmier qui est peu débrouillard, mais celui du 160 est unique au monde : C'est une vraie moule ! Son médecin major est d'ailleurs fait à son modèle. A trois heures du matin, nous partons avec la dernière compagnie. Nous arrivons à St Jean à six heures du matin car nous sommes restés près d'une heure et demi dans un pré attendant que le cantonnement soit établi.

11, 12, 13, 14 mars

Séjour à St Jean. Nous sommes cantonnés au café du Paradis, les douches sont installées à l'école. Le 14, nous étions rassemblés dans un pré aux environs de St Jean, faisant des essais de lancement des bombes, quand deux schrapnels boches sont arrivés. Pas de blessé mais nous avons du quitter les lieux.

15, 16, 17, 18 mars

Nous repartons pour les tranchées. Nous sommes encore avec Monsieur Henriot. C'est le travail du séjour précédent en première ligne qui se renouvelle. Le 18 nous sommes relevés et partons pour Vlamertinghe. Nous sommes cantonnés dans un café.

19 mars

Visite à huit heures trente. Vaccination pour le train de ravitaillement à deux heures. C'est moi qui suis de service.


20 mars

Nous concluons un match de football avec les anglais que nous battons par 4 buts à 2. Nous leur promettons la revanche mais ne savons si nous reviendrons dans Vlamertinghe.


21 et 22 mars

Rien à signaler. Je vais toucher une capote et un képi couleur gris horizon. Nous partons pour Zonnebeck le 22 au soir. Cette fois-ci nous devons nous rendre dans le poste de secours dans le bois de sapin au Polygone de Zonnebeck. Nous arrivons à Freysemberg à onze heures du soir. Nous laissons les cuisiniers dans ce village et continuons notre route. Nous pensions arriver au Polygone le soir même, mais nous comptions sans les boches qui arrosaient la route que nous suivions de balles, provenant d'une mitrailleuse « cachée «  dans le sens de notre trajet. Impossible d'aller plus loin ! A onze heure trente, nous nous arrêtons au poste de secours du 68 ème d'infanterie et lui demandons l'hospitalité pour la nuit. Nous continuerons notre route au petit jour, car Rollin ne se retrouve plus, lui qui pourtant a déjà fait plusieurs fois le trajet.

23 mars

A cinq heures du matin, nous repartons. Les balles arrivent beaucoup moins, à six heures nous arrivons à une ferme brulée où nous sommes obligés d'attendre que Rollin aille reconnaître la route. Monsieur Barry n'est plus avec nous ! Où est-il passé ? Nous restons là une bonne heure, puis, repartons. Cette fois-ci nous sommes dans la bonne direction. Enfin, à huit heures du matin, nous arrivons au Polygone. Nous nous mettons à l'abri dans des trous creusés dans la butte car les balles arrivent dru. A onze heures, nous déjeunons d'un hareng saur et d'un peu de rillettes. A deux heures, on nous signale deux blessés à la sixième compagnie. Je pars avec Rollin ; nous allons jusqu'aux tranchées de première ligne et les quittons sans incident en rapportant nos deux blessés. Pendant tout le trajet nous avons pris le boyau. A la sortie nous sommes surpris par 4 obus de 77 qui tombent assez proche. Albert brancardier est blessé au pied par un schrapnel, et moi un éclat me contusionne les deux jambes à hauteur des chevilles. Nous en sommes quittes à bon compte. Nous activons autant qu'il nous est possible de le faire étant donné nos blessures. Nous étions partis à six pour relever deux blessés ; nous en ramenons quatre. Le soir, à quatre heures, une balle arrive à la place occupée par mon bras gauche une seconde auparavant. A huit heures nos trois blessés n'étant pas encore évacués, je demandais au commandant de bien vouloir téléphoner au colonel afin que les brancardiers divisionnaires activent leur venue mais cela n'a pas servi à grand chose puisqu'à dix heures trente ils n'étaient pas encore enlevés. Deux obus de 75 envoyés aux boches nous permirent de gagner Zonnebeke et Petit Plaisir sans incident.

24 mars

Delporte est resté au Polygone. C'est lui qui fait le premier pansement et moi qui assure l'évacuation. Le soir, je lui fais monter par les cuisiniers quelques provisions lui appartenant et qui étaient dans la voiture.

25, 26 mars

Un ouragan de vent enlève la toiture de l'abri que nous avions fait construire pour cacher les chevaux et les voitures à la vue des avions. Nous sommes relevés dans la nuit du 26 au 27 par le 160 ; nous allons à St Jean. Je monte en voiture pour faire la route.

27, 28, 29, 30 mars

Séjour à St Jean. Rien à signaler. Mes plaies se guérissent. Nous retournons à Petit Plaisir dans la nuit du 30 au 31 mars.

31 mars, 1er, 2 et 3 avril

Peu de blessés. Je suis chargé d'établir une copie d'un plan au sujet de l'enfouissement du bétail tué par des balles et des obus. Nous sommes relevés dans la nuit du 3 au 4, toujours par le même régiment. Le bruit court que nous ne reviendrons plus. Monsieur Henriot nous quitte pour aller dans une ambulance.

4 avril

Nous cantonnons à Ypres, une journée seulement puisque nous repartons le 5 pour Brielen.

5 avril

Séjour à Brielen. J'achète quelques provisions. Visite à 9 heures.

6 et 7 avril

Visite à 9 heures. Rien de particulier à signaler, si ce n'est le passage d'une dizaine d'obus qui vont éclater sur Vlamertinghe. Nous regagnons Petit Plaisir le 7 avril au soir. Cette fois-ci c'est la dernière fois que nous venons dans les tranchées en Belgique. Le 8 se confirme que les anglais nous relèvent et sommes surpris de constater que c'est pour le 8 au soir.

9 avril

Nous arrivons à Vlamertinghe à 9 heures du matin. Nous embarquons en automobile à 10 h 30. Moi, je vais faire le trajet à bicyclette. J'arrive à Bambecque avant les autobus. Nous cantonnons à la caserne des douaniers.

10, 11, 12, 13, 14 avril

Séjour à Bambecque. Je suis légèrement indisposé mais cela se dissipe.


15 avril

Réveil à six heures. Nous arrivons à Staples à 2 heures de l'après-midi. Nous avons eu la pluie une partie de la marche. Je couche sur un brancard.

16 avril

Nous repartons à six heures trente. Il paraît que l'étape sera longue. Tout le long de la route, ce ne sera que trainards. Un homme tombe de chaleur. Je fais six kilomètres pour ramener une charrette porte-brancard afin de le transporter au village le plus proche. Je lui fais une piqure d'huile camphrée puis je cherche à rattraper le bataillon mais il y a déjà près de deux heures qu'ils sont arrivés lorsqu'à mon tour je fais mon entrée dans le village. Je suis éreinté mais à la visite le soir nous avons plus de deux cents malades. Tous les trainards ont été d'office envoyés à la visite à neuf heures. Je travaille toujours et je n'ai rien dans le ventre. Je termine à neuf heures dix, dine et me couche ensuite. Nous avons fait près de 45 kilomètres.

17 avril.

Réveil à six heures. Départ à six heures trente. La marche est courte heureusement. J'ai soif ; je bois un quart d'eau dans lequel je verse un peu d'alcoolat de Mélisse. Je casse la croute avec une boite de Corned-beef. Nous couchons dans la grange ; mon malaise semble dissipé.

18 avril

Réveil à six heures. Départ à sept. Nous marchons jusqu'à St Florenghein. Aussitôt après notre arrivée dans le village, qui a lieu à onze heures, nous nous rendons Delporte et moi dans un café afin de casser la croute. À Deux heures, je me couche ; je suis mal à mon aise. Le soir, j'ai 39 de température. Je prends de la quinine et de l'antipyrine.

19 avril

Je suis toujours souffrant, mais je passe la visite tout de même. Le soir, je vais me promener à bicyclette aux « mines » de Ferfailly ? Espérant que mon mal de tête disparaîtrait. Mais non ! Je l'ai toujours ! Nous embarquons en autobus à six heures du soir. Nous arrivons à Moreuil à onze heures. Je suis de plus en plus malade. Toujours 39 de température.

20 avril

Je passe la visite à huit heures. Ensuite je me purge espèrant que cela me ferait du bien. Mais c'est toujours la même chose ! Le tantôt, je vois avec Rolin à cent mètres de nous, un canon de soixante-quinze éclater. Deux tués et un blessé. Je rentre et m'allonge sur la paille.

21 avril

La nuit a été assez bonne ; la température est descendue à 37,8°. Mais le soir, j'ai de nouveau 39. Je veux persister encore. Grace à la quinine, je passe une assez bonne nuit.

LE RAPATRIEMENT

22 avril

Nous changeons de cantonnement. Le médecin major est évacué de la veille. Monsieur Barry m'ausculte et me demande de me laisser évacuer. Il craint une typhoïde. Je pars à deux heures trente en automobile pour St Pol. Je quitte cette gare à sept heures du soir, à sept heures du matin nous ne sommes qu'à Etaples.

23 avril.

Nous passons à Abbeville, Amiens, Montdidier, L'Esprée St Denis, Le Bourget, Aubervilliers où j'arrive à sept heures du soir. Puis j'apprends que je suis dirigé sur la Normandie. Je m'endors et suis réveillé à deux heures du matin je descends à St Pierre de Vouvray et de là je suis dirigé sur les Andelys, où je descends à l'hôpital auxiliaire 203. A deux heures de l'après-midi le 24 je suis transporté à l'hospice civil, service des contagieux.

24 avril au 11 mai.

Je suis très bien soigné. Je reçois la visite de mes parents et de Germaine le 2 mai et celle de maman et de Marcel le 7.

11 mai

Je quitte les Andelys à sept heures vingt deux. Je pars pour Houlgate où j'arrive à huit heures trente trois du soir, j'ai changé six fois pour accomplir ce voyage.

12 mai

Je quitte Houlgate à huit heures trente-trois du soir avec une permission de neuf jours. J'arrive à Paris à quatre heures vingt et à Nanterre à huit heures quinze. Je surprends toute la famille.



Pour en savoir plus sur l'histoire du 146ème RI pendant la guerre 14/18,cliquer sur le document suivant :


Un autre carnet de guerre d'un soldat du 146ème



Notes :

Le service de santé : le corps d'armée dispose de 4 ambulances, 3 sections d'hospitalisation et un groupe de brancardiers. Le groupe de brancardiers comprend: 3 médecins, 2 officiers d'administration, 2 officiers du train, 4 aumôniers, 6 médecins auxiliaires, 215 infirmiers et brancardiers et 83 conducteurs avec une centaine de chevaux, 27 voitures, 141 brancards et environ 5000 pansements.


 




29/07/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi