DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

Chronique de guerre par Jeanne SIMON


Jeanne SIMON (1896-1996)


Cette chronique a été recueillie par une de mes soeurs. Jeanne SIMON, ma grand-mère avait 18 ans lorsque la guerre a débuté. Le 11 novembre 1918 lorsque l'armistice fut signée et que les cloches retentirent pour annoncer l'arrêt des hostilités, elle ne pensait pas que 20 ans plus tard tout allait recommencer.

Mobilisation du 2 août 1914

Tous les hommes mobilisables dont mon père âgé de 44 ans sont partis le lundi 4. Les territoriaux après avoir accompagné des chevaux réquisitionnés, ont été envoyés dans leurs foyers jusqu'à nouvel ordre. Pas pour longtemps, avant l'arrivée des allemands tous les hommes de 18 à 50 ans ont été rappelés sitôt l'invasion de la Belgique. Aussitôt, ont commencé des escarmouches entre un régiment de spahis algériens ; quelques allemands éclaireurs se cachaient dans les bois, les spahis sur leurs petits chevaux arabes les traquaient sauvagement ; ils ramenaient en chapelets des oreilles coupées, où décapitaient au sabre en criant  «  coupé cabesh « : des demis sauvages. Tout cela c'est sur des indications d'habitants courageux de Vitry qui les accompagnaient eux-mêmes, et qui par la suite de dénonciations ont été envoyés en Allemagne.

 

Le père de Jeanne :

Marcellin SIMON (1870-1923)


2 octobre 1914

 
Entrée de l'armée allemande dans Vitry-en-Artois, par la route de Sailly. C'était une aile de la bataille de la Marne qui se repliait. Tout d'abord des éclaireurs en moto, ensuite une vingtaine de hulans, des jeunes coiffés d'une toque en fourrure grise avec une tête de mort et un grand étendard noir toujours avec une tête de mort. C'était une partie de l'armée de KronPrinz ; ensuite déferlement de l'armée de toutes armes : c'était le premier corps bavarois.

L'état major allemand s'est établi dans un château à Vitry près de la gare. Commencement de l'installation de la kommandatur, nomination d'un maire, réquisition dans chaque maison pour le logement de la troupe et des chevaux. Réquisition d'hommes valides pour enterrer les morts. L'église est transformée en hôpital, elle se remplit de blessés. Le lendemain, les soldats sont venus faire ouvrir la forge et ont commencé le ferrage des chevaux, les vols aussi car les maisons désertées par les propriétaires  ont été ouvertes, ils y ont trouvé des caves bien garnies de vin, aussi cette équipe nous en ont fait voir, toujours saouls ils venaient travailler avec leurs fusils qu'ils déposaient dans la maison, nous en avions un peu peur. Nous les jeunes filles restions cachées pendant une quinzaine de jours, les gens en avaient tellement raconté ! Et pourtant à ce sujet aucun ne m'a manqué de respect. Ils ont commencé à prendre le charbon de forge où nous avions caché des bouteilles de vin, qu'il a fallu déménager en vitesse et re-cacher ailleurs. Ensuite, il a bien fallu sortir, aller à la kommandatur demander des laissez-passer, l'entrée du village était gardée pour aller et difficile pour aller chercher des légumes dans le jardin qui se trouvait à l'entrée de la route de Biache.

 Vitry -en-Artois pendant la guerre


L'occupation

 
Comme la maison possédait deux grandes pièces au rez- de- chaussée, il s'y est installé un mess, un bureau postal de la Cie. Nous, nous sommes relégués dans une cuisine et une seule chambre pour nous et il y a de plus en plus de réquisitions : Pommes de terre, lapins, fer à repasser, lampes à pétrole, tout le cuivre, boutons de portes etc…Quant à nous, il fallait faire des queues interminables pour un peu de ravitaillement (lard d'Armorique rance, du saindoux, du buffle, du riz, un peu de café vert…) presque pas de sucre. Heureusement qu'on arrivait à les voler un peu, comme nous avions la cuisine des officiers. Les cuisiniers au début nous donnaient un peu de reste mais cela s'est réduit avec les années, quand au pain nous avions le droit à une boule infâme faite avec de vieilles farines qui restait en bouillie.

L'armée a commencé à cultiver les champs de blé, avoine, pomme de terre. La réquisition des jeunes filles  a commencé et pendant 15 jours à tour de rôle, cela plusieurs fois dans la saison,pour le  ramassage des gerbes de blé et des pommes de terre.

On devait être à l'appel à 5 heures du matin, un espèce de nabot à cheval nous faisait défiler. Ce travail nous a rendu service, tout ça dépendait de notre surveillant. Munis de ciseaux accrochés à la taille, et un sac de tranchée, nous coupions les plus beaux épis et les épis séchés, ma grand mère s'enfermait et tournait ces grains de blé dans le moulin à café, ce qui permettait de faire un pain ou de grosses crêpes avec le son bien entendu. Parfois, le commandant de la place venait à cheval nous photographier, le surveillant nous avertissait généralement. C'était des types qui avaient eu  les pieds gelés en 1915 où il avait fait très froid. Il y en avait qui étaient vaches, on ne s'y fiaient pas.

C'était en 1915, je crois une imposition de un million, grosse somme pour cette époque, et dans tous les villages chiffrés selon l'importance. C'est Monsieur le Doyen de Vitry qui s'est offert pour réunir la somme ; il est passé dans chaque maison et selon les moyens, on a donné or et argent en échange de papiers, de bons communaux émis par la banque de Cambrai , ce qui nous a servi de monnaie d'échange.

Ces années d'occupation se sont passées sans courrier, sans train, et tous les chevaux ayant été réquisitionnés, pour aller faire quelques maigres achats à Douai il fallait demander un laissez-passer au commandant de la place. On  rentrait dans son bureau pas très à l'aise il vous détaillait quelques instants : «  Alors qu'allez vous faire à Douai ?   Où habitez vous ? Autorisation accordée. »  Un rendez vous était donné à la Kommandatur puis aller-retour à pieds, accompagné d'un soldat armé, arrêt sur la grande place devant les Galeries. A l'heure fixée il fallait être devant cette place, puis retour chez le commandant pour l'appel.



Douai : jour de marché sur la Place d'Armes

Les années s'écoulent, toujours sans courrier. En mai avance des anglais, des canons partout, les obus passant au dessus des maisons et ce que j'ai oublié de signaler ce sont les nuits passées dans les caves à chaque clair de lune, car les avions français ou anglais venaient bombarder : de nombreux civils ont été tués durant ces années.

La famille SIMON dans  la cour de la forge familiale à Vitry en Artois vers 1914

de gauche à droite  au deuxième rang : Emile SIMON ( le frère de ma grand-mère) : Marie Léonie Vast  ( sa mère) ; Jeanne SIMON et debout avec le cheval : Marcellin SIMON.


 Evacuation et Tour de France

Vient le 12 avril 1917 : ordre des allemands, évacuation des civils.  Quelques petits bagages, un train de wagons à bestiaux était en gare de Vitry vers 9 heures ; départ portes bloquées et surprise vers minuit nous n'étions qu'à Roubaix. Montée d'une passerelle dans la nuit noire, on nous mène dans une usine désaffectée ; il y pleuvait. Assis sur notre baluchon, nous y passons la nuit.

Le matin transport en bus jusqu'à Watrelos où  parqués dans une grande salle des personnes venaient nous choisir pour nous héberger. Choix difficile car on était plusieurs et la police a du s'en mêler pour placer les familles nombreuses qui le soir étaient encore dehors. Ma mère et ma grand-mère étaient mal tombées : une personne très vulgaire, une vieille commère et très sale. Moi j'allais coucher ailleurs.

Après un mois et demi  de cette vie où nous étions très peu ravitaillés, une offre a été faite aux réfugiés désireux de renter en France libre. Ma mère hésitait parce que mon frère avait été fait prisonnier civil les quelques jours avant notre départ ; ils avaient emmené tous les hommes âgés de 18 à 60 ans.

Nous n'avions pas de nouvelles et après réflexion il fallait bien partir. Après avoir déposé argent et papiers dans une banque et  huit jours notre départ  de Roubaix.Vers 7 heures du soi, nous étions là depuis une heure de l'après-midi,convoqués.Fouille toute nue par des "fraülein" ; visite de nos bagages. pas de fil , pas d'aiguille, pas de crayon, du pain coupé en tartines dans un vieux train allemand en bois de même que les banquettes , nous avons roulé pendant trois jours traversant la forêt noire 54 ou 60 tunnels dans une fumée insupportable, avec un arrêt entre-temps en Allemagne pour nous laver sur un quai dans un grand bac. Nous étions très sales, les pieds enflés, nous ne pouvions plus nous chausser. Arrivée vers le matin à Schaffhouse  à la frontière suisse, remise des papiers et argents, transfert dans un restaurant où un déjeuner nous est servi (petits pains blancs, lait, un régal.) ensuite distribution de vêtements usagés puis accompagnés par les gardes suisses nous retrouvons nos bagages qui avaient été transportés par nos soins toujours sous la garde de la police.

Un train français nous emmène à Evian les bains, arrivée en début de matinée : Banderoles, Honneur aux réfugiés, Marseillaise. On nous attendait, nous étions très émus de retrouver la liberté malgré notre grande fatigue. Puis départ pour le casino où des bureaux militaires sont installés tenus par des officiers et soldats inutiles. Notre premier contact avec la misère humaine. Nous passons par plusieurs bureaux pour interrogation sur les numéros de régiment des allemands, leurs positions, pièces d'artillerie, et tout ce que nous pouvions nous rappeler. Un bureau était responsable de la répartition des réfugiés ; les personnes réclamées par une famille de Paris, sont envoyées à Annemasse ; certains réclamés sur d'autres régions, quant à nous, rien, mon père mobilisé ne pouvait nous héberger. Les DERACHE étant à Amiens, ils avaient réclamé leur mère. Un repos bien gagné dans un hôtel face au Lac, beau paysage que nous découvrons pour la première fois. Nouveau départ le lendemain, l'hôtel nous prépare un paquet , viande froide, pain, provisions pour 3 jours nous dit-elle.



Toujours dans l'ignorance de notre destination, nous voici arrivées à Bordeaux. Des badauds devant la gare nous regardent comme des bêtes curieuses et nous traitent de "boches du nord", on vient manger leur pain ; ça commence bien !!



Gare de Bordeaux St Jean


Transport en bus dans une caserne où il y a très peu de soldats, puis nouveau transport sur un bateau restaurant amarré sur la Gironde. Je me rappelle encore du pot au feu ; nous avons donc passé la nuit dans nos lits de soldats. Le matin, ils nous ont servi le café et re-départ à 5 heures du matin gare du Médoc. Descente vers midi gare de Lesparre ?,


Bon déjeuner au restaurant ensuite séparation de nous tous, de nos voisins, pour une nouvelle destinée. Distribution par les responsables dans les alentours, une fiche pour un train pour Carcans de Médoc, près de Lacanau. Arrivée dans la soirée, nous étions 5 femmes ; un monsieur nous attendaient, c'était le maire, et à notre allure a deviné que nous étions des réfugiées. Mais rien n'était préparé, il s'arrêtait à chaque maison, mais personne ne voulait des indésirables que nous étions. Et le soir, nous étions toujours dehors dans l'attente d'un toit



Pas de choix, un hôtel possédant une salle de bal nous prend, 5 lits avec paillasse de feuilles de maïs nous attendent, plein de puces. Des ouvriers espagnols y avaient été logés, nous n'avions pas le choix, mais une bonne chose quand même, au lieu de nous donner la petite allocation réservée aux réfugiés,  la commune a décidé de nous nourrir et les trois repas nous étaient offerts dans un restaurant en face de notre salle.

J'ai commencé à travailler chez le maire qui était tailleur ; boutonnières, ourlets de pantalon et bonne collation ; il était très gentil. Mais ma mère s'ennuyait, nous n'avions pas de cuisine et la région était assez sale. Heureusement, que pendant ce temps nous avons eu une surprise !

Un soir, assises en prenant le frais devant la porte, nous apercevons mon père. Il avait vu dans un journal dans lequel paraissait le nom des personnes en transit à Evian.Il venait d'Angoulême très heureux de nous retrouver en bonne santé, après une si longue séparation. . Après quelques jours, il a du repartir pour son usine qui fabriquait des canons à Ruelle sur Touvre.


Fonderie de canons de Ruelle sur Touvre.

Entre-temps des cultivateurs de Beaumetz-les-Loges et de Simencourt, qui le connaissaient, privés de maréchal ferrant, le leur étant mobilisé, ont fait une pétition et sur l'intervention du maire, l'armée a démobilisé mon père, il est donc revenu seul ouvrir la forge. Il s'est occupé d'établir les papiers et faire accepter notre hébergement par mon grand père.

Nous avons donc regagné Simencourt et ensuite Beaumetz où on nous a donné une petite maison.

Nos ennuis n'étaient pas terminés pour autant. Les allemands reprennent une offensive en mars 1918.


Un mariage bien difficile

Moi qui devait me marier le lundi de Pâques, le mariage n'a pu avoir lieu. A Amiens où mon futur mari habitait avec sa mère, rapatrié comme nous, a du être évacué. Nous étions à nouveau sous les obus des allemands. Le secteur déclaré zone militaire, trois fois il a pris le train pour nous rejoindre mais impossible, les gendarmes le refoulaient à chaque voyage.

Pendant neuf mois nous avons été séparés et presque pas de courriers. Une nouvelle date est prévue pour le mariage, mais les papiers de bans et publication n'étant valables que 3 ou 6 mois il a fallu tout recommencer de chaque côté. Mon beau père prisonnier civil était  en Hollande. A la débâcle, son fils ainé était à Boulogne, son frère au Tréport, et mon frère rentré lui aussi depuis quelques jours avant, abandonné par les allemands en Belgique.Quant à mon futur (Léonard DERACHE), il se trouvait évacué sur Rouen. Malgré les difficultés, toute la famille s'est retrouvé avec grand plaisir après trois ans de séparation

Bref, le mariage a eu lieu le 3 décembre !

Ca n'a pas été un mariage de riches, nous n'avions plus rien, ni les uns ni les autres. Heureusement mes tantes nous ont aidées beaucoup : des draps, linge de corps. Nous avons ramassé des couvertures des anglais, des couverts, des assiettes etc…Tout nous était utile. Nous  n'avions pas beaucoup d'argent.  Ensuite je suis partie à Rouen pour d'autres aventures.


Famille DERACHE-SIMON vers 1925

Jeanne SIMON et Léonard DERACHE

Marie-Jeanne et Roger DERACHE

 Anecdote

Un dimanche en 1915 ou 16, nous rendant aux vêpres, c'était hélas notre seule sortie, j'étais accompagnée de trois camarades.  Arrivées près du pont, nous voyons sur le dos d'âne, des voitures qui s'arrêtent : en descend un officier allemand très galonné, qui nous fait signe de nous arrêter. Il vient vers nous et nous dit dans un bon français : «  Salut mesdemoiselles, sa majesté le Roi de Bavière". C'était Louis III dont le grand état major était logé à Douai. Victoire lui demande naïvement c'est lequel ?  Enchanté il lui répond c'est le premier. Alors nous jeunes prises d'un fou rire quand ce vieux roi sans doute empêché de descendre de la voiture par des rhumatismes a pris ses cuisses dans sa main. Nous aurions pu nous faire arrêter. Chaque fois que j'allais à Vitry et que je rencontrais mes camarades, nous avions plaisir à nous rappeler ce souvenir.

Je ne vois pas pourquoi, il a descendu les marches pour se promener sur la berge du canal.

Il y avait aussi dans les premières années, un ordre sur des affiches nombreuses «  A la rencontre d'un officier, les hommes devaient se décoiffer et céder le trottoir, quant aux dames, elles devaient incliner la tête en souriant »  inutile de dire que l'on s'abstenait. Un jour un officier d'un coup de badine à jeté la casquette de mon frère par terre.



Louis III de Bavière






08/03/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi