DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

Jours complémentaires

Retrouver la correspondance de la date "républicaine" d'un acte  de l'Etat Civil est aisé dorénavant avec les logiciels que nous utilisons et qui font la conversion automatiquement en une date qui nous parle un peu plus.

Lorsque j'ai débuté la généalogie il y a quelques années, j'avais toujours à portée de main une table de conversion, version papier qui n'était pas  toujours très simple à utiliser.

Le Calendrier Républicain a été utilisé en France entre 1793 et 1806. A idées nouvelles, une ère nouvelle et donc un nouveau calendrier.

On doit à La Convention nationale, à compter du 22 septembre 1792,  la décision de dater tous les actes publics de l'An I de la République française.

La Convention mandata Charles-Gilbert Romme pour constituer une commission afin de réformer le calendrier grégorien symbole de l'Ancien Régime.

En fait, le calendrier républicain entra officiellement en vigueur le 14 vendémiaire an II (5 octobre 1793). Il fut abrogé  sur décision de Napoléon en 1806 car mis à part pour les actes publics, il n'a jamais eut la faveur des français. *

Le principe du calendrier républicain était le suivant :

L'année débutait le jour de l'équinoxe soit entre le 22 et 24 septembre suivant notre bon vieux calendrier grégorien.

Elle était découpée en 12 mois de 30 jours soit 360 jours, plus cinq à six jours placés en fin d'année appelés dans un premier temps "sans-culottides" puis plus tard " jours complémentaires".

L'année se concluait, les années sextiles ( ans 3, 7 et 11de la République ) , par l'ajout d'un sixième jour qu'on appelait "jour de la Révolution" qui marquait la fin de l'année révolutionnaire et qu'on fêtait comme une fête nationale.

Les mois, quant à eux, étaient divisés en 3 décades ou semaine de 10 jours.

Nous reviendrons rapidement sur le nom des jours et des mois que nous devons au poète Fabre d'Eglantine - celui-là même qui faisait pleuvoir sur la bergère. Avec l'aide d'André Thouin, jardinier du Jardin des Plantes et du Muséum national d'histoire naturelle, ils concoctèrent un calendrier inspiré des saisons et des travaux agricoles.

La République, remercia Fabre d'Eglantine pour sa contribution en le faisant guillotiner quelques années plus tard. André Thouin eut, quant lui, plus de chance et traversa la Révolution sans encombre pour mourir dans son lit en 1824 !

Par curiosité, j'ai recherché , si  parmi mes sosas, j'avais des ancêtres nés  ou décédés un des fameux jours complémentaires.

Chou blanc sur toute la ligne ! Pas le moindre de mes ancêtres n'avaient bien voulu naître, se marier ou mourir sur cette période particulière.

A défaut, je me suis résigné à rechercher dans le registre d'Etat Civil du village berceau de la famille un acte susceptible d'illustrer mon article. Ce ne fut pas chose facile mais je n'avais pas choisi la facilité en jetant mon dévolu sur un petit village.

Les tables annuelles me facilitèrent la tâche mais sur la période incriminée je n'en recensais que deux!

En voici un :

 

 jour complémentaire 2.PNG

 AD de la Côte d'Or

Registre de la commune de Gerland

 

Et vous  avez-vous  des ancêtres  nés , mariés ou décédés un jour complémentaire ?

Pour le savoir reportez vous à la table suivante :

Tables de concordance des calendriers républicain et grégorien pour les jours complémentaires

 

* Il fit une réapparition éphémère au moment de la Commune de Paris.



11/06/2014 0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Liens

Voir les articles de la catégorie Challenge de A à Z 2014