DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

R comme Registres

Les registres qu'ils soient paroissiaux ou d'état-civil constituent pour le généalogiste la source la plus importante pour ses recherches.

Les premiers registres étaient tenus par les curés, on les désigne également par le vocable "registres de catholicité".

 

registre paroissiale.PNG

Registre d'Argilly / Archive de la Côte d'Or

 

Le plus ancien registre connu à ce jour est un registre de sépultures de Givry en Saône-et-Loire qui date de 1303 mais cela reste un exemple exceptionnel.

C'est François Ier qui, par l'Ordonnance de Villers-Cotterêts de 1539 imposera aux curés la tenue des registres des baptêmes. Mais cette mesure ne fut que rarement suivie d'effets.

En 1579, la tenue de registres des baptêmes, des mariages et des sépultures est rendue obligatoire par l'Ordonnance de Blois

En 1667, les registres seront tenus en double; l'un sera conservé à la paroisse et l'autre devant être remis au bailliage.

A compter de septembre 1792, l'état-civil devient laïc et ce sont les maires qui se sont vus confier la charge d'enregistrer les naissances, mariages et décès.

Dans le même temps, les registres paroissiaux sont versés à la Mairie et les doubles aux Archives Départementales.

Mais les registres de catholicité n'ont pas disparu pour autant. Nos ancêtres continuèrent à se faire baptiser, à se marier  et à procéder à  des cérémonies funèbres dans les églises. Ces registres sont aujourd'hui conservés aux Archives diocésaines. Il est parfois utile de s'y référer afin de faire des recoupements a fortiori lorsque nos aïeuls avaient pris pour  fâcheuse habitude de conserver leur prénom de baptême comme prénom d'usage au détriment du prénom officiel de l'Etat-Civil.

 

 



20/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi