DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

Y comme YA, YABOUE, YADJARA et les autres

Cela fait plusieurs jours que je me torture l'esprit à chercher un sujet d'article pour la lettre Y sans parvenir à quelque chose de concret. Machinalement je  tapais ce matin la lettre Y sur le site de Mémoires des Hommes et quelle ne fut pas mon étonnement de dérouler une liste impressionnante d'hommes tous issus des colonies françaises venus mourir sur le sol français pour défendre "la mère patrie".

Aux côtés des 8 000 000 d’appelés en métropole, ce sont  175 000 Algériens, 40 000 Marocains, 80 000 Tunisiens et 180 000 Africains noirs qui combattront lors du conflit, le plus souvent en Europe, sur le front français ou dans les Balkans.

L’arrivée massive de ces hommes en métropole suscita à la fois inquiétude, intérêt et curiosité du côté de la population, des réticences du côté de l'Etat-Major mais également des résistances de la part des employeurs qui voyait leur main d'oeuvre s'en aller mais elle  produira sur l'adversaire " un effet moral considérable " ( 1)

Parmi toutes ses unités, "les tirailleurs sénégalais" (2) ont particulièrement marqués les esprits.

un tirailleur sénégalais

 

Mais la levée de ses troupes ne se fit  partout sans douleur et sans résistance des populations elles-mêmes provoquant des révoltes, des mutilations volontaires de la part des conscrits , certains préférant, quitte à mourir, mourir dans leur pays.

En 1918, afin de palier aux défections  et aux difficultés de recrutement, le député Blaise Diagne (3) promet aux futurs soldats une prime de 200 francs, des compensations pour les familles et des exemptions fiscales : l'impôt du sang en quelque sorte.

Blaise Diagne, député du Sénégal (1921)

Blaise Diagne  député du Sénégal


En y regardant de plus près, les fiches de Mémoire des Hommes concernant ces soldats  la quasi totalité ne mentionne pas de date de naissance.

Autre particularité , si un certain nombre de ces soldats sont morts au combat, j'ai pu constater  que bon nombre  d'entre-eux étaient morts de maladies contractées au service( pneumonie / grippe...)" Ils le payent très cher.....en avril 1917.....les pertes par le froid sont encore plus désastreuses que les pertes par le feu" (4)


source : Mémoire des Hommes (SGA)

 

Jusqu'au bout l'emploi au combat  de "la Force Noire" (5) se fera avec réticence et méfiance voire avec mépris. L'idée a même effleurer l'Etat-Major d'utiliser ces troupes comme bouclier humain afin de protéger les troupes de la Métropole (6) provoquant le courroux de Blaise Diagne qui alla jusqu'à affirmer en avril 1917 que les "Noirs" servirent de "chair à canon".

Pourtant, les bataillons de tirailleurs sénégalais et les autres troupes coloniales s'illustrèrent courageusement et valeureusement au cours de nombreuses batailles sur la Somme, à Verdun et au Chemin des Dames puis lors de la défense de Reims.

Ils contribuèrent par leur engagement à la victoire finale.

Au total, le nombre de tués parmi ces troupes est estimé à plus de 70 000 dont environ 36 000 Maghrébins et 30 000 « Sénégalais ». Les taux de pertes, calculés par rapport aux nombres de combattants réellement engagés , sont de 16 % au total, 19 % pour les Maghrébins et 23 % pour les « Sénégalais ».(7)

 En 1924 a été inauguré à Reims un Monument aux héros de l'Armée noire qui a été démonté par les troupes d'occupation allemande en 1940.
    Le 3 novembre 2008, à l'occasion du 90e anniversaire de l'Armistice de 1918, la Ville de Reims a rendu solennellement hommage aux soldats de l'Armée noire au cours d'une cérémonie présidée par Jean-Marie BOCKEL, secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens combattants, Rama YADE, secrétaire d’État aux Affaires étrangères et aux Droits de l’homme, et Adeline HAZAN, maire de Reims, en présence du ministre de la Défense et des Anciens combattants du Mali, Natié PLÉA, et de nombreux ambassadeurs ou attachés d'ambassade de pays africains.

Général Charles Mangin agence Meurisse BNF Gallica.jpg

Général Mangin

 

(1) Rapporté par le Général Mangin

(2) Les "Tirailleurs Sénégalais" regroupaient en fait des soldats issus des différents pays de l'AOF

(3) Blaise Diagne, est un homme politique français né le 13 octobre 1872 à Gorée (Quatre communes) au Sénégal et mort le 11 mai 1934 à Cambo-les-Bains (Aquitaine) en France. Il est le premier député noir d'Afrique élu à la Chambre des députés française

(4) Marc Michel , Les Africains et La Grande Guerre, L'appel à l'Afrique (1914-1918), Paris, Karthala, 2003.

(5) La force noire, Hachette, Paris, 1910 (dans ce livre, Mangin préconise l'utilisation rapide et massive des troupes coloniales, dites « Force noire », en cas de guerre en Europe)

 (6) Marc Michel , Les Africains et La Grande Guerre, L'appel à l'Afrique (1914-1918), Paris, Karthala, 2003.

(7) Wikipédia

 

autre source : Compte Rendu et résumé de Bertrand Arribe sur le livre de Marc Michel ci-dessus mentionné.

CRDP de Reims



26/04/2013 0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Liens

Voir les articles de la catégorie Challenge de A à Z 2013