DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

N comme Numérisation

La grande révolution de la généalogie a été sans nul doute la numérisation des archives et leur mise en ligne progressive. Elle s'est amorcée dans les années 1990 et elle répondait au moins à deux objectifs :

faciliter l'accès au document tout en préservant les originaux de plus en plus manipulés par des généalogistes de plus en plus nombreux à fréquenter les dépôts d'archives.

Deux départements ont été précurseurs dans ce domaine : La Savoie dès avril 2003 suivie ensuite de la Mayenne. Aujourd'hui 83 départements de la métropole* ont mis en ligne tout ou partie des registres paroissiaux et d'état civil. Seuls 13 départements manquent encore à l'appel ! Ce qui ne veut pas dire pour autant qu'ils n'ont pas entamé ou effectué la numérisation des dites archives.

Elles peuvent proposer par exemple une mise à disposition en salle.C'est le cas pour les  archives de la Haute Vienne, de l'Aude, du Vaucluse et de l'Ariège.

Certains départements , de par une politique volontariste sont plus avancés que d'autres et ont déjà mis d'autres types de documents utiles pour le généalogiste comme les registres matricules -bien utiles à la veille des commémorations des 100 ans de la guerre 1914/1918 - les listes nominatives qu'elles soient électorales et/ou de recensement, le cadastre......

Citons par exemple les Archives de la Côte d'Or qui proposent pas moins de 18 types de

documents.

 

La Seine St Denis restent un cas à part ; la mise en ligne des registres d 'Etat Civil n'est pas jugée prioritaire (1) : son site WEB ne propose aujourd'hui que des cartes postales; les archives du journal  de l'Humanité ainsi que des fonds sonores du .......PCF ; choix peut-être justifié par l'histoire récente de ce département et  par la structure de sa population mais également par des contraintes budgétaires.

Qu'elles soient faites en interne ou confiées à des prestataires privés, la numérisation des archives d'une part, leur mise en ligne d'autre part, ces opérations ont un coût  non négligeables pour les Conseils Généraux collectivités de tutelle des archives départementales.

Confrontés à la crise, nos élus n'hésitent pas à imaginer des solutions comme celle de faire payer aux généalogistes "un droit de péage" pour la consultation des archives numérisées en oubliant qu'ils participent déjà à la conservation et la numérisation de ces archives en tant que contribuables ! Ainsi, les archives du Calvados sont consultables pour un coût prohibitif (200 euros / an) !

Le conflit qui oppose en ce moment les Archives Départementales de la Charente -  qui a fait le choix du payant- à la Fédération Française de Généalogie est révélateur de ce phénomène  . En effet la FFG  conteste une décision remettant en cause le principe de l'accès libre et gratuit des archives et qui provoque une rupture d'égalité entre les citoyens en faisant payer aux seuls généalogistes internautes le coût de la consultation alors que dans le même temps les dites archives sont en consultation libre sur site !

La décision des AD des Charentes est d'autant plus surprenante que la Savoie, département précurseur en la matière, ainsi que la Meurthe-et-Moselle ont renoncé au portail payant.

A ce jour l'Etat Civil de la Charente n'est toujours pas en ligne !

 

Récemment, un généalogiste à l'origine de la fronde menée depuis internet contre la décision du Département de la Charente , a remis une pétition de près de 22 600 signatures au président du conseil général afin d'en obtenir son annulation.

 Toutefois  le progrès est en route, et il est devenu très facile de faire de la généalogie assis dans son fauteuil face à son écran. Plus de déplacements, moins de courrier donc moins de frais ; ce qui n'est pas négligeable par les temps qui courent.

Mais la dématérialisation des documents, certes nécessaire, ne remplacera jamais le document par lui-même, l'odeur surannée  du vieux papier, cette  sensation particulière et combien personnelle que l'on ressent à dénouer une liasse et à tourner les pages du registre ainsi que le charme particulier des vieux dépôts d'archives.

Dans les années 75/80 lorsque j'ai débuté ma généalogie , mon père et moi sommes descendus en Bourgogne à la recherche de nos ancêtres. Après une halte  à Pouilly en Auxois lieu de naissance de mon grand-père paternel , nos recherches se poursuivirent et nous conduisirent très vite à Gerland qui allait s'avérer être le village berceau de nos ancêtres.
Gerland est un petit village situé dans la plaine à proximité  de Nuits St Georges.Or la difficulté n'a pas été de trouver la Mairie mais bel et bien de trouver le Maire et ensuite de  prendre rendez-vous. J'ignorais à l'époque que les archives départementales existaient.

Rendez-vous pris, Monsieur le Maire nous ouvrit les portes de sa modeste Mairie et pendant qu'il vaquait à ses occupations, nous laissa à disposition tous les  registres en dépit de la réglementation sur la  communication des dits documents
Notre première réaction fut une réaction de surprise devant l'état et les conditions de conservation des registres.Depuis, ces registres ont été versés aux Archives Départementales.
Nous prîmes donc de très grandes précautions en manipulant ces documents.

A la même époque, les recensements de population (entre autre) de l'ancienne Seine situé quai Henri IV à Paris étaient en accès libre sur les rayonnages poussiéreux de magasins encore plus poussiéreux.

Aujourd'hui, de telles choses seraient inconcevables voir impossibles.

Pour se tenir informer régulièrement des mise en ligne et mise à jour des AD, les généalogistes pourront se référer aux sites suivants, ma préférence allant aux premiers.

 

Portail des Archives de France

Géné-Infos, Généawiki, WikiGenWeb, BénévolesActes

 

Pour en savoir plus :

 

Le numéro spécial de la Revue Française de Généalogie"Archive en ligne : mode d'emploi"

un outil :" Internet et Généalogie" hors série annuel de la RFG. édition 2012.

 

 

 * auxquels s'ajoutent les archives de l'Outre-Mer au CNAOM et archives communales....

 

 

 

 



14/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi