DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

Quart à boire

Une fois n'est pas coutume, je vais vous parler d'un objet.

Un objet tout à fait banal mais je ne me permettrais pas d'en parler aujourd'hui si ce dernier n'avait pas une histoire à raconter.

Il s'agit d'un quart à boire en fer blanc ; relique du service militaire de mon père André HIDIER.

 

quart à boire (2).jpg

 

De la classe 1939, mon père passe devant le Conseil de révision le 29 Mars 1939, il est appelé au service armé le 1er septembre 1939 et incorporé le 18 Avril 1940 pour être affecté le jour même au dépôt d'infanterie 131, noyau 30 bis á Yssingeaux.
Il est affecté ensuite au bataillon de marche N° 131 à compter du 16 juin 1940 et participe à la campagne d'Allemagne du 16 juin au 25 juin 1940.
Dirigé ensuite le 1er Août 1940 comme secrétaire dactylographe de la Prison militaire de Clermont Ferrand.
Il est nommé 1ère Classe à compter du 15 Avril 1941.
Il est versé au 92ème RI et
du 8 mars au 27 novembre 1942 devient ensuite Sténo Dactylo du Colonel De Lattre de Tassigny qui commande la 14ème DI .

C'est à cette époque qu'il rentre en possession de cet objet dans la paquetage qui lui est attribué.
Démobilisé le 27 novembre 1942, il est libéré du service actif le 1er décembre de la même année pour être versé dans la réserve.

Entre temps il fait connaissance de ma mère Marie-Jeanne avec laquelle il se fiance en 1941 ; mes parents se marièrent en 1943 après que mon père en ait fini avec l'armée.

Cet objet, je l'ai toujours connu et pourtant je ne l'avais pas revu depuis près de 30 ans car mon père l'avait volontairement ou involontairement "égaré" lors du déménagement de la maison que nous possédions dans l'Aisne.

Récemment, grâce au présent blog, j'ai été contacté par le propriétaire actuel de la maison qui à son tour la revendait. A cette occasion, en rangeant l'atelier, il a retrouvé ce quart, en a présumé la valeur sentimentale et m'a proposé de me le restituer.

A réception de l'objet, beaucoup de souvenirs ont ressurgi car ce quart n'était pas aussi banal qu'il en avait l'air.

Mon père avait pris soin d'y graver  ses initiales A.H. et d'y rajouter l'unité à laquelle il appartenait (92ème RI) mais surtout d'y inscrire au dos le prénom de celle qui allait devenir ma mère.

C'est grâce à ces inscriptions et aux états de service de mon père que j'ai pu retracer l'histoire emblématique de ce "Quart à Boire".

 

qaurt à boire 3.jpg

 

 

 

 

l



19/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi